Xiaomi Redmi Note 5 Smartphone portable :

le Xiaomi Redmi Note 5 a de quoi faire trembler le marché des smartphones à moins de 250 euros,Avec son écran 18:9 de 6 pouces, son excellente autonomie, ses bonnes performances et son double module photo.

Le Xiaomi Redmi Note 5 va avoir fort à faire sur le marché français. Sa version la plus abordable est positionnée sous la barre des 200 €. Il trouve donc sur sa route des smartphones comme le Motorola Moto G6 Play, le Huawei P8 Lite 2017 ou le Wiko View 2 qui, tous, ont un avantage non négligeable : ils profitent d’une marque aujourd’hui plus connue du grand public. La notoriété devrait toutefois arriver rapidement pour Xiaomi si l’entreprise chinoise poursuit dans la même voie.

ERGONOMIE ET DESIGN

Désormais, même à moins de 200 €, les smartphones n’ont plus le droit à l’erreur en matière de finitions. Le Redmi Note 5 n’en fait aucune, en offrant une construction sérieuse et sans faille. Il profite d’un écran au ratio 18:9 et ne cède pas à la tentation de l’encoche. Son écran occupe environ 78 % de la face avant du terminal ; un taux correct, mais en retrait par rapport aux plus de 82 % d’un Wiko View 2. Quoi qu’il en soit et sans surprise, avec son grand afficheur, le Redmi Note 5 n’est pas facile à utiliser d’une seule main.

Le dos du smartphone est recouvert d’un métal mat, à rebours de la concurrence qui en ce moment privilégie souvent la brillance du verre. Le Redmi Note 5 a ainsi un avantage en ne retenant pas les traces de doigts et en offrant un aspect plus costaud. Au dos toujours, on trouve un lecteur d’empreinte digitale, qui tombe sans problème sous l’index lorsque l’on a le smartphone en main. Les boutons dédiés au contrôle du volume et au déverrouillage, eux, sont placés un poil trop haut pour être parfaitement sous le pouce de la main droite.

Redmi correspond à la gamme la plus abordable dans le catalogue des smartphones de Xiaomi. Bien équipé, le Redmi Note 5 est un modèle qui promet beaucoup et dans tous les domaines, en dépit de son prix modéré de 249 euros. Sa fiche technique est la même que celle du Redmi Note 5 Pro sorti en Asie il y a quelques semaines, tandis que le Redmi Note 5 chinois correspond, lui, au Redmi 5 Plus, disponible en import et que nous avions testé en mars dernier. Vous suivez toujours ? Maintenant que les présentations sont faites, passons au test !

Un smartphone aux belles finitions

À première vue, le Xiaomi Redmi Note 5 n’a rien d’exceptionnel. Son style se veut conventionnel, mais il peut se targuer de finitions impeccables. À l’avant, nous découvrons une large dalle de 5,99 pouces qui occupe près de 77 % de la façade. Les bords de l’écran optent pour une forme arrondie, épousant parfaitement bien les courbes de l’appareil. Le dos est doux au toucher grâce à son revêtement métallique mat. Le choix de ce matériau lui confère également un aspect plus solide que les modèles qui ont opté pour le verre. Et en plus, cela permet à ce Redmi de faire l’impasse sur les traces de doigts…

 

Non sans rappeler celui présent sur le Xiaomi Mi Mix 2S, le module photo tout en relief vient se placer en haut à gauche sur le dos de l’appareil. Le capteur d’empreintes digitales est également à l’arrière du téléphone, mais il est centré, ce qui fait que le doigt tombe parfaitement dessus.

Le smartphone pèse son poids une fois en main (182 g.), ce qui n’est guère étonnant vu son grand format. Côté connectique, pas de port USB Type-C sur ce modèle, mais une prise micro USB classique, dépourvue de toute fonction de charge rapide. Enfin, la prise jack est présente, tout comme le tiroir qui accueille la nano SIM et le lecteur microSD (ou une seconde SIM au choix).

ECRAN

Le Xiaomi Redmi Note 5 embarque une dalle LCD IPS de 5,99 pouces (15,21 cm) de diagonale, pour une définition Full HD+ (2 160 x 1 080 px) et une résolution de 403 ppp. IPS oblige, le taux de contraste ne décolle pas beaucoup, mais reste satisfaisant pour cette technologie à 1 640:1. La luminosité peut atteindre 491 cd/m² et le taux de réflexion lumineuse reste correct à 13 %. L’écran du Redmi Note 5 est lisible sans problème en plein soleil. Dans le noir, la luminosité minimale de 3 cd/m² est parfaite pour ne pas être ébloui.

Xiaomi a soigné la colorimétrie de son écran. Il faut tout de même passer par les réglages de l’affichage pour trouver le meilleur rendu, en sélectionnant le profil « par défaut » qui, justement, n’est pas le profil par défaut. Allez comprendre. Dans cette configuration, nous mesurons un excellent delta E à 2,5 et une température des couleurs encore trop élevée à 7 700 K. Il est possible d’ajuster cette dernière dans les paramètres, mais cela se fait au détriment du reste des mesures.

Côté réactivité, l’écran du Redmi Note 5 se positionne dans la moyenne de notre comparatif. Nous avons mesuré un retard tactile à 91 ms et une rémanence à 16 ms.

PERFORMANCES

Le Redmi Note 5 embarque un SoC Qualcomm Snapdragon 636 et 4 Go de RAM. Un tandem tout à fait plaisant à l’usage, puisqu’il assure une grande fluidité dans la très grande majorité des usages, même gourmands. Le passage entre les applications ne met pas à mal l’équilibre de l’ensemble et seuls les utilisateurs extrêmement exigeants pourront trouver à redire.

Malgré cette puissance confortable, le Xiaomi Redmi Note 5 ne perd pas son sang-froid face aux usages exigeants. Nous mesurons au maximum 35,3 °C sur sa face avant lorsque l’on sollicite fortement ses parties CPU et iGPU.

La puce graphique Adreno 509 garantit pour sa part une expérience vidéoludique de bonne qualité. Le Redmi Note 5 se montre capable de lancer tous les jeux du Play Store dans de bonnes conditions. Il faudra consentir une légère baisse du niveau de graphisme dans les titres les plus gourmands, mais rien de bien gênant.

AUDIO

Côté haut-parleur, le rendu est correct, mais limité par l’absence de stéréo. La puissance confortable et la précision satisfaisante autorisent le visionnage de vidéos de temps à autre dans des conditions plutôt bonnes. En revanche, cela reste bien insuffisant pour regarder un film ou écouter de la musique.

PHOTO

La photo reste le point sur lequel la marge de progression est la plus grande sur l’entrée et le milieu de gamme. Xiaomi met pourtant l’accent sur ce domaine dans sa communication concernant le Redmi Note 5. Le terminal s’appuie sur deux modules photo au dos. Le module principal repose sur un capteur 12 Mpx surmonté d’une optique ouvrant à f/1,9. Le deuxième module fait office de renfort pour le premier, avec un capteur 5 Mpx. La promesse est ici d’améliorer les clichés en basse lumière et de créer un flou d’arrière-plan pour les portraits.

Dans la pratique, on peut dire que le Redmi Note 5 s’en sort bien et fait surtout un peu mieux que ses concurrents directs. En plein jour, les clichés profitent d’un bon niveau de détail, d’une colorimétrie fidèle et d’une très bonne dynamique. On pourra lui reprocher son accentuation, mais elle reste tout de même bien maîtrisée. Le Redmi Note 5 fait bien mieux qu’un Wiko View 2 et même qu’un Huawei P8 Lite 2017.

C’est souvent en basse lumière que les choses se gâtent. Pour le smartphone de Xiaomi, c’est le cas, mais moins qu’avec ses concurrents. Le bruit électronique reste assez présent, malgré un lissage prononcé, notamment dans les aplats de couleur. Cependant, l’exposition de l’image est meilleure qu’avec le View 2 et l’on conserve plus de détails qu’avec un P8 Lite 2017. Le Redmi Note 5 ne fait clairement pas trembler les smartphones plus haut de gamme, mais il est l’un des meilleurs dans sa catégorie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *